Caucase du Sud (Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan)

L ’action suisse dans le Caucase du Sud est axée sur les besoins et les priorités des trois Etats partenaires de cette région et porte sur les domaines suivants: développement économique et emploi, bonne gouvernance et service public, sécurité humaine et protection des populations. En tout, près de 110 millions de francs suisses seront alloués à différents projets d’ici à la fin 2016.

Ambassade
Mission / Délégation / Représentation permanente
Consulat général
Représentation honoraire
Bureau de coopération
Bureau de contribution
Ambassade avec Bureau de coopération
Ambassade avec Centre consulaire régional
Swiss Business Hub
Swissnex
Ville
Capitale
Frontière controversée
Rivière
Lac

Le Caucase du Sud est en proie à une série de conflits non résolus, comme celui qui fait rage en Géorgie (Abkhazie, Ossétie du Sud), ou celui qui oppose l’Arménie et l’Azerbaïdjan (Haut-Karabagh). Couloir de transport d’énergie reliant l’Est à l’Ouest, cette région revêt une importance géopolitique fondamentale. Or, les tensions qui affectent la sécurité des personnes posent un obstacle considérable à la croissance économique durable et au bien-être social en Arménie, en Géorgie et en Azerbaïdjan. Ainsi, les conditions de vie de la population rurale, des déplacés internes et des réfugiés, en particulier, sont souvent précaires. Aucun de ces pays n’est considéré comme démocratique et «libre» au sens où l’on entend ces termes en Europe de l’Ouest.

Outre son aide humanitaire, la DDC déploie une importante assistance technique, dans le but d’accompagner, par des mesures concrètes, la transition politique, économique et sociale des anciennes républiques soviétiques. La nouvelle Stratégie de coopération Caucase du Sud 2013–2016, fruit des réflexions communes de la DDC, de la Direction politique du DFAE et du Secrétariat d’Etat à l’économie (SECO), y est concrétisée de manière complémentaire et coordonnée.

La Suisse adapte son action aux contingences locales et réalise ses projets sur une base de partenariat. L’accent est mis sur la durabilité et, autant que possible, les besoins des femmes et des hommes sont pris en compte de manière égale. En effet, il est également dans l’intérêt de notre pays de voir se développer un Caucase du Sud pacifié et prospère.

Contributions de la Suisse en matière de développement et de coopération en Caucase du Sud

Développement économique et emploi

La croissance économique pour le bien de la collectivité

La DDC encourage le développement économique rural dans les trois pays du Caucase du Sud, afin d’améliorer et de pérenniser les revenus des petits paysans pauvres. Concrètement, les exploitations de subsistance sont intégrées dans des chaînes de valeur existantes ou en cours de création. Ainsi, les petits agriculteurs ont accès à différents services (formation professionnelle, conseil, crédits et marchés).

La DDC vient en aide aux populations victimes des conflits et des catastrophes naturelles en Géorgie et dans la province séparatiste de l’Abkhazie. Ainsi, elle réalise des projets de construction de logements adaptés et contribue à la réhabilitation d’infrastructures communales, comme les écoles maternelles et primaires. Les subventions allouées aux travailleurs indépendants et aux PME permettent d’améliorer les conditions de vie de ces populations vulnérables et facilitent leur insertion sociale durable.

En Azerbaïdjan, le SECO contribue à créer des conditions économiques favorables au développement des PME et du secteur financier. De plus, ses activités ont pour but de renforcer la transparence et la responsabilisation dans le domaine des finances publiques.

Bonne gouvernance et service public

Pour un Etat de droit proche du citoyen

La DDC, en collaboration avec les gouvernements centraux des pays concernés, s’efforce de soutenir les autorités locales et régionales en Arménie et en Géorgie, afin qu’elles proposent des services proches du citoyen et créent des conditions favorables à un développement économique durable dans ces régions. De plus, elle contribue à renforcer la capacité de gestion des catastrophes naturelles au sein de la société civile et des autorités arméniennes et géorgiennes.

Afin de renforcer l’état de droit, la Division Sécurité humaine (DSH) finance trois projets relatifs à l’assistance électorale, l’égalité des sexes et la défense des droits de l’homme au sens large. Le SECO encourage la croissance économique durable et la gouvernance économique en Azerbaïdjan. Des projets d’infrastructure décentralisée pour un approvisionnement en eau efficace sont également financés.

Transformation des conflits et activités de plaidoyer

Sécurité humaine et protection des populations

La Direction politique du DFAE multiplie les efforts pour trouver des solutions pacifiques aux conflits régionaux. Ainsi, elle lance des initiatives diplomatiques à haut niveau et encourage les mesures de renforcement de la confiance de manière ciblée. La présidence suisse de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), en 2014, pourrait permettre à notre pays de jouer un rôle de levier intéressant.

Par ailleurs, les programmes humanitaires de la Suisse et de ses partenaires internationaux, à savoir le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), se poursuivent en vue d’améliorer la situation des réfugiés et des déplacés internes. L’Aide humanitaire de la DDC se retirera complètement du Caucase du Sud d’ici la fin 2016.

Histoire de la coopération

Du secours d’urgence en cas de catastrophe à la coopération globale au développement

L’engagement de la DDC dans le Caucase du Sud remonte à l’épouvantable séisme de 1988, au nord de l’Arménie. Depuis, elle n’a cessé d’intensifier et de développer son activité. En 1999, la DDC et le SECO ont ouvert un bureau de coopération régionale à Tiflis, la capitale géorgienne. Depuis, la Suisse dispose de sa propre ambassade dans les trois capitales du Caucase du Sud. Dans cette région, l’action helvétique se caractérise par une approche globale, c’est-à-dire par une complémentarité entre l’aide technique et financière, d’une part, et l’aide humanitaire et le maintien de la paix, d’autre part.